C’est une ville foisonnant d’évocations, de sens. « Lisbonne a reçu une particulière dévotion des poètes, des musiciens, des fadistes, des guitaristes, fixant des images colorées de recoins et d’espaces, de figures typiques, de traditions, d’états d’âme, des maisons, des escaliers, d’odeurs, de couleurs, d’événements, de modes de vie, d’une immense tendresse […] » (Fátima Dentinho do Ó Ramos, 2001, p. 46).